Chantiers de l’Atlantique : Portons une prise de participation

20M€ de la Région pour accompagner la transition industrielle

Opposés au rachat des Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire par le groupe italien Fincantieri, les membres du collectif de l’Appel pour une Région Pays de la Loire écologique, citoyenne et solidaire font la proposition d’une entrée du Conseil régional au capital des Chantiers à hauteur de 20M€, à travers une prise de participation directe assortie d’un soutien à l’actionnariat salarial et citoyen. Une position qu’ils souhaitent discuter avec les acteurs locaux concernés dans les prochaines semaines pour avancer concrètement sur l’avenir du site. Ils ont écrit aux représentants syndicaux et à la direction des Chantiers et ont entamé un cycle de rencontres avec les acteurs locaux.

Pour Matthieu Orphelin, député : « Il est temps d’avancer pour préparer un nouveau projet industriel pour les Chantiers de l’Atlantique pour les 30 années à venir. Malgré les nombreuses voix qui s’élèvent pour réclamer un plan B à Fincantieri, les propositions concrètes d’implication des acteurs publics et privés, dont le Conseil régional, se font toujours attendre ou sont de vagues promesses. Parce que nous croyons en l’avenir industriel de ce site emblématique et que nous voulons contribuer activement à son avenir, nous portons l’entrée de la région Pays de la Loire au capital des Chantiers à hauteur de 20M€. »

Pascale Hameau, cheffe de file EELV en Loire-Atlantique, explique la méthode : « L’avenir des Chantiers et la transition écologique de ses activités se construisent en premier lieu avec les acteurs concernés, dont évidemment les partenaires sociaux, représentants des salariés et de la direction. Nous leur avons transmis nos propositions pour échanger et construire avec eux ce qui sera une priorité dès notre arrivée aux responsabilités régionales après les élections de juin 2021. »

 

Le courrier envoyé aux représentants syndicaux et à la direction des chantiers.

Objet : Nos propositions pour l’avenir des Chantiers de l’Atlantique

Mesdames, Messieurs,

Plus de trois ans après la conclusion d’un premier accord franco-italien sur la vente des Chantiers de l’Atlantique, le nom du ou des futurs propriétaires n’est toujours pas connu. Malgré l’importance stratégique du site pour notre région et les plus de 3000 salariées et salariés concernés, sans compter les sous-traitants et co-réalisateurs, la décision de vente à l’italien Fincantieri est encore suspendue à une décision de la Commission Européenne.

Malgré les nombreuses voix qui s’élèvent pour réclamer un plan B, les propositions concrètes d’implication des acteurs publics et privés pour construire un nouveau projet industriel pour les trente années à venir se font toujours attendre ou sont de vagues promesses.
Nous voulons changer cela. Notre collectif de l’Appel pour une région Pays de la Loire écologique, citoyenne et solidaire, qui prépare les élections régionales de juin 2021, a travaillé sur des propositions concrètes pour avancer. Parce que nous croyons en l’avenir industriel du site, nous portons l’entrée de la Région au capital des Chantiers pour préparer un nouveau projet industriel au service de la transition écologique.

Dans cette optique, nous vous faisons parvenir une version provisoire d’une note détaillant nos propositions et vous invitons à en échanger ensemble dans les prochaines semaines. Nous souhaitons que la Région entre au capital des Chantiers de l’Atlantique à hauteur de 20M€, soit environ un quart du montant des actions rachetées par l’Etat à STX en 2017, à travers une prise de participation directe et un soutien fort à l’actionnariat salarial et citoyen. C’est un sujet que nous prenons l’engagement de traiter en priorité une fois arrivés aux responsabilités régionales en juin prochain.

Pour l’Appel pour une région Pays de la Loire écologique, citoyenne et solidaire, Franck Nicolon (co-président du groupe écologiste et citoyen au Conseil régional), Pascale Hameau, (co-cheffe de file EELV 44 pour les régionales), Gaëlle Rougeron (Génération Ecologie), Matthieu Orphelin (député)

>> Télécharger le courrier en PDF