Économie, Emploi et Formation

icone

De nouveaux investissements et des fonds publics 100% au service de la transition écologique et solidaire

– Lancer une Épargne Verte Pays de la Loire, pour abonder un fonds souverain et citoyen régional de 200 millions d’euros public-privé. Le fonds aura deux vocations : assurer la conversion écologique de nos territoires et de notre économie et proposer un relais de financement des PME pour transformer leur prêt garanti par l’Etat (PGE) en augmentation de capital.

– Réaliser un milliard d’euros d’investissement supplémentaire sur le mandat, financé par des obligations vertes pour rénover les lycées, convertir 100% des transports régionaux aux énergies renouvelables (aujourd’hui, seuls deux cars de la Région fonctionnent au biogaz).

– Conditionner les aides régionales à l’atteinte d’objectifs environnementaux, d’égalité femmes-hommes, au maintien de l’emploi local et au dialogue social.

– Lancer un budget participatif vert de 50 millions d’euros sur le mandat.

– Examiner chaque année des indicateurs alternatifs au PIB régional avant le vote du budget (inégalités, artificialisation des sols, santé, éducation, etc.) et l’alignement de l’économie régionale avec l’Accord de Paris sur le climat.

Une Région accessible et des dispositifs régionaux simplifiés

– Redéployer 300 millions d’euros de marchés publics par an pour favoriser les achats locaux, écologiques et responsables.

– Proposer des aides 100% simples pour les associations, les TPE, les PME et les collectivités.

Une Région stratège : relocalisation, reconversion et structuration des filières de demain

– Développer des apports en capital dans des secteurs structurants pour accompagner leur transition (exemples : transition de la filière automobile vers des usages alternatifs et des véhicules recyclables et réparables, filière de dé-construction et de démantèlement des avions, des éoliennes).

– Entrer au capital des Chantiers de l’Atlantique à hauteur de 20M€, à travers une prise de participation directe dans le capital des Chantiers pour accompagner leur transition écologique, un soutien à l’actionnariat salarial et citoyen et une volonté d’implication agile.

– Investir 25 millions d’euros dans 5 projets de relocalisation et de conversion écologique de notre industrie:

  • L’installation d’une usine de recyclage de batteries électriques.
  • Développer la production de vélos et trottinettes abordables et 100% “made in Pays de la Loire”.
  • La relocalisation d’une usine de production de semi-conducteurs.
  • La transformation de l’ancien site de Michelin à La Roche-sur-Yon en parc d’innovation dédié aux énergies de demain.
  • La création d’une filière de recyclage et de déconstruction des avions en fin de vie.

– Organiser en Pays de la Loire les premiers “Etats généraux de l’automobile” en mobilisant les dirigeants, les salariés et leurs représentants, pour nourrir le dialogue social et préparer un avenir durable pour l’emploi dans ce secteur.

Structurer des filières d’avenir

– Soutenir et lancer un programme campus d’avenir « Pays de la Loire 2030 », complémentaire des pôles existants, qui associe la recherche, l’innovation, l’industrie et la formation. Par exemple :

Energies marines renouvelables à Saint Nazaire, en lien avec la région Bretagne,

Véhicule plus léger, recyclable et réparable, véhicule collectif autonome au Mans,

– Usine agroalimentaire du futur « Agtech » à Laval mêlant éco-conception et digitalisation,

Numérique responsable et low tech à Angers,

Stockage de l’énergie et hydrogène vert en Vendée et en Loire-Atlantique,

Co-working industriel dans le bassin nantais,

Recyclage des énergies renouvelables en Maine-et-Loire.

Vers une économie régionale circulaire

– Développer l’économie du réemploi et de la réparation (notamment dans les secteurs de l’informatique et du numérique, du bâtiment et de l’automobile) à travers des appels à projets ciblés.

– Accompagner les TPE et PME dans leur transition vers des démarches d’éco-conception visant à limiter leur usage de matière et à penser la fin de vie de leurs produits (faciliter le réemploi ou le recyclage).

Soutenir des projets expérimentaux d’urbanisme circulaire comme la reconquête des friches, la transformation des bâtiments existants ou le recyclage des espaces déjà urbanisés dans les zones d’activités économiques et dans les infrastructures portuaires comme celles de Nantes-Saint-Nazaire.

Pour un numérique responsable et souverain

– Soutenir la mutualisation sur le territoire de centres de données (data centers) écologiques (alimentation avec des énergies renouvelables, réutilisation de la chaleur dégagée par les serveurs, optimisation de leur utilisation…) et sécurisés face aux attaques informatiques.

– Lancer un appel à projets pour favoriser l’émergence de solutions numériques responsables (reconditionnement, réemploi, recyclage) dans notre région et permettre à une filière locale numérique responsable de se développer.

Des réponses immédiates pour le rebond écologique des entreprises touchées par la crise

– Proposer aux TPE-PME des diagnostics de viabilité économique de leur entreprise pour les accompagner dans leur rebond et renforcer leur résilience.

– Construire des dispositifs de soutien « sortie Covid » spécifiques pour les entreprises concernées par les “trous dans la raquette” des dispositifs nationaux (notamment commerce et artisanat). Une attention particulière sera portée aux entreprises dirigées par des femmes, insuffisamment prises en compte dans les différents plans de relance.

– Assurer un relais de financement pour des PME en leur permettant de transformer leur prêt garanti par l’Etat (PGE) en augmentation de capital à travers le fonds souverain et citoyen régional de 200 millions d’euros public-privé.

Des TPE et PME essentielles à l’activité économique

– Apporter aux PME et TPE des aides 100% simples pour des actions rapides de transition numérique et écologique.

– Proposer des aides « cybersécurité » pour les PME de la région pour renforcer leur sécurité numérique et faire face aux attaques informatiques, aides dont pourront également profiter les petites collectivités locales.

– Soutien à la création d’entreprises et à l’accompagnement des chefs et cheffes d’entreprise qui souhaitent transmettre leur entreprise. Une attention particulière sera portée à la création et à la reprise par des femmes dans les différents dispositifs.

Un “tourisme 4 L”: locaL, abordabLe, sociaL et durabLe

– Créer une offre « Vacances pour toutes et tous dans la Région » pour permettre aux plus modestes et aux jeunes de découvrir leur région.

– Amplifier le tourisme à vélo, le tourisme de nature et le tourisme vert.

– Mieux mesurer l’impact environnemental des équipements touristiques et apporter une aide pour l’investissement dans des équipements à faible impact environnemental.

Soutien au commerce et à l'artisanat de proximité

– S’associer au secteur bancaire régional pour offrir un prêt à taux négatif aux commerçants et artisans qui s’installent dans les bourgs et les villages.

– Zéro subvention ni concours public pour l’implantation d’entreprises qui font une concurrence déloyale en ne payant pas leurs impôts en France, comme Amazon et Ali Baba.

– Soutenir le développement de sites de commerce en ligne pour favoriser et inciter les circuits courts de production, de commercialisation et de consommation locale.

– Apporter une aide à l’installation des néo-artisans en reconversion professionnelle pour renforcer l’économie locale.

Le développement de l’économie sociale et solidaire au coeur des compétences régionales

– Encourager la création, reprise et transmission d’entreprises sous forme coopérative en apportant un soutien financier aux salariés-coopérateurs.

Soutenir les restaurateurs et les livreurs qui veulent se structurer en coopératives pour s’affranchir des plateformes peu protectrices des droits des travailleurs et travailleuses.

– Encourager les emplois insertion environnement via le soutien aux Structures d’Insertion par l’Activité Économique (SIAE), les associations, les fondations ou les PME pour qu’elles embauchent pour une durée déterminée, dans le domaine de l’environnement, une personne éloignée de l’emploi.

– Renforcer les fonds territoriaux de France Active qui mettent en lien les entrepreneurs et entrepreneuses avec des partenaires publics, privés et financiers, favorisant ainsi le développement pérenne des projets.

Sécuriser les parcours professionnels et les reconversions avec une formation adaptée à toutes les personnes

– Expérimenter un revenu de transition écologique pour les salariés en reconversion.

– Offrir des formations qualifiantes accessibles tout au long de la vie, à chaque étape de son parcours professionnel et en veillant à l’égal accès des femmes et des hommes, en plus des formations courtes d’adaptation à l’emploi.

– Créer des “villages de la formation professionnelle” pour des publics fragiles (en situation de chômage, de décrochage, ou personnes réfugiées) dans les centres AFPA (Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes) disponibles comme à Laval.

– Renforcer l’attractivité des formations de technicien dans les secteurs en tension, en encourageant la féminisation des métiers.

– Faciliter l’accès à la formation professionnelle des entrepreneurs et entrepreneuses peu informés de leurs droits, notamment les auto-entrepreneurs.

Accélérer sur les emplois durables de demain

– Favoriser tous les “territoires zéro chômeur de longue durée” et territoires et la garantie “un emploi vert pour tous” par des aides à l’amorçage et encourager d’autres territoires dans la démarche, en zone rurale comme dans les quartiers prioritaires.

– Relancer des dispositifs “emplois tremplins” pour appuyer la création d’emplois pérennes dans le milieu associatif et l’économie sociale et solidaire.

– Développer la Gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC) avec un observatoire des métiers de demain et la mise en place d’un groupe “veille prospective métiers” pour anticiper les mutations, et veiller à améliorer l’égalité femmes-hommes devant l’emploi.

– Initier un plan bien “bien vieillir” en Pays de la Loire pour développer des formations d’emplois à domicile pour accompagner le bien vieillir en Pays de la Loire et renforcer l’attractivité de ces métiers.

La dernière actualités en lien avec économie, emploi et formation

8/06/2021

« Projet vert Vs. Bilan gris » – Retour sur notre agora ouverte à Nantes

Lire la suite